À chaque mois

À chaque mois, tu vois du rouge dans tes bobettes. Des générations avant toi ont vu du rouge comme ça chaque mois. C’est ça être femme. Ce n’est pas être douce, gentille, accueillante, etc., non c’est pas ça qui caractérise une femme, un homme peut tout aussi bien avoir ces qualités. Ëtre une femme, c’est d’avoir un cycle à peu près aussi long que la lunaison et d’avoir la possibilité de mettre au monde un enfant.

En réalité, être femme, c’est vivre comme dans une spirale. Tu serais étonnée de voir tout ce qui varie en toi en accord avec ton cycle menstruel. Je prendrais absolument n’importe quel métabolisme ou n’importe quel système de ton corps – respiratoire, digestif, nerveux, éliminatoire, name it – et je pourrais te montrer qu’il change selon les phases de ton cycle. D’ailleurs je l’ai fait dans un chapitre de mon livre Le sang de la Lune.

C’est parce qu’il y a une danse dans ton corps. Cette danse crée la spirale dont je viens de te parler, la spirale dans laquelle tu vis.

Cette danse est créée par deux sortes de danseuses : des Mlle E2 et des Mme P4. Drôles de noms, je te l’accorde. La plupart de ces danseuses viennent au monde dans tes ovaires, mais tu serais surprise, elles voyagent beaucoup, partout. En réalité, elles voyagent dans absolument tout ton corps, même dans ton cerveau. Il y a cette danse même dans ton cerveau.

Mlle E2, c’est Estradiolle. C’est une estrogène, une molécule relativement petite et pas compliquée. Dans ton cours de chimie, si tu demandes à ton.ta prof la formule de E2, il ou elle te dira que c’est C18H24O2Cool non? L’autre, Mme P4, c’est Progestérone. C21H30O2.

Vu de ce point de vue, elles se ressemblent vraiment beaucoup, mais si tu savais ce qu’elles laissent sur leur passage! wow! les Estradiolle et les Progestérone créent des mouvements puissants, mais dans certains cas, complètement opposés. Je t’en donnerai des exemples tantôt.

Elles sont très puissantes. Pourquoi je dis ça? C’est parce qu’à cause de leur petite taille, elles peuvent passer à travers la membrane du noyau des cellules, et là, elles peuvent modifier complètement le comportement de la cellule. Parce que dans le noyau des cellules, on est vraiment dans la salle de contrôle. Bien sûr, ça prend des réceptrices d’estradiolles sur la membrane nucléaire pour leur ouvrir le passage dans le noyau. Mais, quand même, c’est pas n’importe qui qui peut entrer dans le noyau; il faut pas être trop grosse. Les progestérones, elles aussi ont leurs réceptrices sur la membrane du noyau qui leur ouvre le passage, les réceptrices de progestérones.

Je vais te donner un exemple de leur action dans les cellules de ton endomètre. Je ne sais pas si tu le sais, mais l’endomètre, c’est l’intérieur de l’utérus. Endo, ça veut dire dedans, et mètre, ça signifie mesure. Bizarre, non? Faut pas te surprendre : ce qui tourne autour de l’utérus, comme les menstruations, ça a de tout temps permis de mesurer le temps, comme les lunes – pleine lune, nouvelle lune, etc. C’est aussi pour ça qu’on appelle les menstruations « les règles ». Parce que les lunaisons ont toujours permis de mesurer le temps, en tout cas assez longtemps pour que les mots restent. Au début, et pendant très longtemps, les calendriers étaient des calendriers lunaires, tu sais ça?

Donc, dans ton endomètre, dans la partie intérieure de ton utérus, quand les estradiolles arrivent, elles entrent dans les noyaux et là elles font se multiplier les cellules. C’est ça leur action. Ça donne quoi? Ça amène une prolifération de cellules. La couche de l’endomètre concernée, celle qui contient des réceptrices d’estradiolles, et bien! elle double de volume, elle triple, elle quadruple, de volume… et même beaucoup plus. Je te dirais pas à quel point elle épaissit! Et là c’est fou, ça se peut pas. Si ça n’arrêtait pas, ça ferait comme un cancer, ça ferait une bosse qui grossirait démesurément. D’autant plus que les estradiolles profitent de leur position dans la salle des contrôles (dans les noyaux) et elles s’arrangent pour qu’il y ait de plus en plus de réceptrices d’estradiolles disponibles. C’est le party là-dedans… et les parents sont partis, on en profite. Hi hi hi!

Mais, à un moment donné, les progestérones se pointent. Qu’est-ce qu’elles font les progestérones? Elles font le contraire. Le party arrête! Tu vas voir. Quand les progestérones arrivent, elles aussi entrent dans les noyaux des cellules au moyen de leurs réceptrices spécifiques. Une fois là, elles font en sorte qu’il y ait de moins en moins de réceptrices d’estradiolle. Ce qui fait que les estradiolles ne sont plus admises dans la salle de contrôle. Alors la prolifération des cellules cesse, et tu peux t’en douter, l’endomètre cesse de s’épaissir. Même qu’il s’effondre passablement.

C’est comme si les parents arrivaient pendant le party! Ouste la gang! Dehors.

De plus, peu à peu, les progestérones font diminuer le nombre de leurs propres réceptrices, si bien qu’à la fin, elles-mêmes n’ont plus de pouvoir d’action sur les cellules. Éventuellement, le nombre d’estradiolles et de progestérones chute, et là l’endomètre se disloque. Ça donne une menstruation.

C’est ça la danse dont je te parlais. En tout cas c’est un exemple…

À quoi te fait penser cette danse? Parce que là je ne t’ai parlé que de l’action dans l’endomètre. Ces molécules (E2 et P4) ont d’autres effets ailleurs dans le corps. C’est le cas, même dans le cerveau comme je te le disais tout à l’heure. C’est probablement ça qui fait qu’on peut vivre différents états d’âme selon qu’on est au début, au milieu ou à la fin du cycle menstruel. C’est comme si on te disait qu’à la pleine lune, tu as tendance à te comporter de telle et telle façon, au premier quartier – lune décroissante −, de telle autre façon, à la nouvelle lune encore d’une autre façon, et au dernier quartier encore d’une autre façon. C’est pas des farces. Tu peux même observer ça si tu te donnes la peine de noter tes états d’âme, tes émotions, tes comportements, etc. sur un calendrier ou dans ton agenda. Il y a des femmes qui écrivent et donnent des ateliers sur ce sujet fascinant et qui peuvent te guider dans tes observations. C’est bon de les écouter, car alors on se sent faire partie d’un grand cercle de femmes.

Si on regarde les effets des Mlle E2 et des Mme P4 dans l’endomètre, on se rend compte que les premières créent une expansion et que les deuxièmes ont un effet de diminution ou de contraction. Si tu connais l’astrologie, tu peux penser à Jupiter et à Saturne. Il se peut que dans la phase où tu t’approches de l’ovulation et où tu ovules, tu te sentes en expansion, justement. Tu as le goût de sortir, de voir du monde, tu es extravertie. Et que dans la phase qui suit, où Mme P4 prédomine, tu te sentes plus introvertie, que tu aies plus besoin d’avoir des moments seule.

Bon, je t’ai dit « Quand les estradiolles arrivent… » et « Quand les progestérones arrivent… », mais qu’est-ce qui fait qu’elles arrivent, disons dans l’endomètre? C’est qu’elles sont transportées dans le sang, et on sait que le sang va un peu partout. Même dans les écrans de télévision. Non, farce à part, ces molécules sont fabriquées dans des glandes et relâchées dans le sang et c’est pour ça qu’on les appelle des hormones. Une hormone qui n’est pas relâchée dans la circulation sanguine n’est tout simplement pas une hormone. Faut l’appeler autrement, sinon ça mélange les autres.

Une hormone peut venir d’assez loin, elle peut venir d’une glande située assez loin dans le corps. Elle joue ainsi un rôle de messagère entre différents organes, glandes, tissus, etc.

J’espère que j’ai réussi à te faire aimer Estradiolle et Progestérone. J’espère aussi que mon exemple de l’endomètre a réussi à te montrer que ces deux molécules peuvent à elles seules créer des mouvements complémentaires qui font qu’on peut vivre « comme dans une spirale ».

Andrée
© 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *